Hasard et loi d’attraction

Rien n’est calculé, et en même temps tout l’est. Nous sommes probablement les co-créateurs de notre vie. Ce concept de loi d’attraction, je l’ai découvert grâce à Arnaud, rencontré lors de mon premier café polyamour à Paris en mars 2014. Il me demande si je connais Valérie Richard et m’invite à participer à l’événement freehug qu’elle organise pour son anniversaire prochainement. J’irai. C’est la première fois que j’entends ce mot – la loi d’attraction, et comme souvent il vient se greffer à une intuition que je n’avais pas nommée et qui manquait à mon dictionnaire. Et tout à coup, tout devient clair. Je me sens moins seule surtout. Ma vie présente suffisamment de synchronicités pour ne pas les attribuer aux coïncidences. Je ne peux y croire. Alors, maintenant que j’en ai la confirmation, je vais approfondir et tester plus intensément mes capacités à obtenir ce que je veux.

Je pratique et je découvre des techniques expérimentales, c’est-à-dire que je lis, j’entends, j’absorbe et je mets en pratique. J’observe le résultat. Premier constat : l’univers n’entend pas la négation. « Ne change pas ! », l’univers entend « change » alors quelque chose va changer. « Reste comme tu es » ou « je t’aime comme tu es », il faudra que je pense à modifier toutes les formes négatives d’expression en positif. Donner de l’importance à un problème, c’est le nourrir en tant que problème. Deuxième constat : les demandes à l’univers vont de paire avec le lâcher prise. Les choses se mettent en place et je me fais surprendre à force d’oublier. Demander et oublier. Éviter de se cramponner aux demandes en restant fixer sur leur non-réalisation. Patienter. Remercier. Si on s’attend à des résultats précis dans la manifestation matérielle, on a toutes les chances d’être déçu. En revanche, la vibration de ce que l’on désire s’accroit en soi, et l’extérieur s’harmonise sur cette vibration. On vise un état d’être, possiblement un état vibratoire.

Et puis, tu m’as fait aller plus loin en rencontrant la notion de rétroactivité de la loi d’attraction. Un plongeon en dehors de notre conception spatio-temporelle. En partant de l’intuition d’âmes sœurs, d’âmes jumelles, qui procure le sentiment de se retrouver, de se connaître déjà, de n’être qu’un. En cela, c’est comme si nous existions déjà au préalable à notre rencontre. Mais au-delà, il pourrait y avoir une autre appréhension : je t’ai rêvé et tu as évolué, tu t’es transformé pour arriver à correspondre à mon rêve et devenir réalité. Et vice et versa. Jusqu’à ce que notre maturité permette à la loi d’attraction de nous faire nous rencontrer, au moment où nous sommes tous les deux prêts à nous accueillir. Nous nous correspondons alors sincèrement, non pas parce que nous étions faits l’un pour l’autre à l’origine (âmes sœurs ou jumelles), mais parce que notre évolution a été influencée par le rêve de l’autre. Tout ce que j’ai fait avant n’a été qu’une préparation à te créer et inversement. C’est au moment où j’ai arrêté de penser que tu pouvais exister que tu t’es présenté à moi. Ce qui explique qu’il ne sert à rien de chercher pour trouver. Alors, nous étions en train de te créer, toi la femme de nos rêves.

Rien n’est calculé, et en même temps tout l’est. Les signes sont là, sans qu’ils soient tout de suite visibles. C’est après coup, si on est suffisamment observateur, qu’on s’en rend compte parfois. Le dernier que j’ai vu et qui m’a procuré un orgasme cérébral, est en lien avec le nom du modèle de mon blog. Je le créé début novembre 2017. J’essaie plusieurs modèles, et quand je le trouve, je le note par précaution. Quand j’ai vu ton profil et ton pseudo sur Facebook quelques semaines plus tard, je n’ai pas fait le lien. Je ne me souviens même pas d’avoir vu ce nom quelque part, ça n’a pas fait tilt du tout. Pourtant, c’est un joli pseudo, avec un K et un A, pas courant et qui ne veut rien dire pour moi. Quand je consulte à nouveau le modèle pour procéder à des ajustements, je percute enfin. L’univers m’avait déjà mis ce nom sur mon chemin, comme un indice à suivre. Alors oui, je me dis qu’il n’y a pas de hasard.

Tout est connecté. Tous sommes connectés. Combien de fois il m’est arrivé de penser à quelqu’un, et que cette personne me contacte dans les heures qui ont suivies ? pas plus tard qu’hier. Et sans que ce soit forcément des intimes. En revanche, ce que je n’arrive pas à déceler encore, car il faudrait pouvoir vérifier à chaque fois, et là je deviendrais dingue, c’est de savoir qui a pensé à l’autre en premier. Dans quel sens circule l’énergie de pensée ? Est-ce que tu me donnes de tes nouvelles parce que j’ai pensé à toi ? ou est-ce que c’est parce que tu as pensé à moi, que je l’ai senti et ensuite tu l’as concrétisé par un message ? probablement les deux, et d’autant mieux quand les deux personnes sont reliées intimement et pensent donc souvent à l’autre. En tous les cas, dès que tu as focalisé sur elle, je ne t’ai plus senti. Et j’ai été libérée.

Les liens cités dans cet article, et ceux que tu pourrais aimer :

Télépathie et vibration, de la révélation à la confirmation

Perpétuels coups de foudre

Orgasme kinesthésique, un toucher extatique

Quand je rentre en contact avec ton aura

Orgasme des 5 sens et orgasme cérébral

Mon autre sexe, le cerveau

Je pars parce que je me manque

Par plusieurs portes, tu entres dans ma vie

Si tu aimes cet article, dis-le moi 👇🏽 j’ai envie de savoir 😃

 

Laisser un commentaire