Je pars parce que je me manque

Je pars parce que je me manque. Ce n’est pas la première fois, et ça sera peut-être la dernière. Je dis ça à chaque fois, et je recommence. Jusqu’à ce que je comprenne. Avant je partais pour quelqu’un, maintenant je pars pour moi. C’est différent, et finalement pour quelqu’un, c’était aussi pour moi, pour vivre … Lire la suite Je pars parce que je me manque

Mon autre sexe, le cerveau

Cette nuit, on a fait l’amour en pensant à elle, sans que chacun le sache pour l’autre. Tu m’as réveillée avec la chaleur de ton sexe encore un peu endormi entre mes jambes. Je l’ai accueilli avec amour, douceur et humidité. J’aime quand le songe se mélange à la réalité, quand je ne sais pas … Lire la suite Mon autre sexe, le cerveau

Lui en moi, mes doigts en toi : le trio HFF

Le cul avec toi, c’est bien plus qu’un art de vivre. C’est toute une philosophie. C’est surtout naturel, sans chichi, sans préparation, sans mise en scène, du brut de décoffrage, mais toujours avec de la douceur et du respect, de l’intime aussi. Nous n’en sommes pas à notre premier trio, loin de là. Nous avons … Lire la suite Lui en moi, mes doigts en toi : le trio HFF

Confidences pour confidences – Juillet 2014

A mon journal : première histoire en mode polyamour. L’amour de l'autre n'est pas une fin en soi. Il suffit de trouver l'amour au fond de soi pour ne plus le chercher dans l'autre, et du coup ne prendre que ce que l'autre a à donner sans en attendre de l'amour. Ça me bouleverse ce … Lire la suite Confidences pour confidences – Juillet 2014

Du polyamour au libertinage ou la fin de la pudeur

Une salope oui, mais une « salope éthique », comme le titre de ce livre recommandé dans le milieu polyamoureux. 23 février 2014, je sors de ma zone de confort et je bascule dans une autre dimension, celle qui va en finir avec ma pudeur. Comment j’en suis arrivée à sortir en sauna libertin comme j’irais au … Lire la suite Du polyamour au libertinage ou la fin de la pudeur

Quand il est question de pudeur

A la base, j’ai deux parents. Deux fois plus de chance d’avoir un angle de vue différent. Ou pas. Sur le plan de la pudeur, ce fût le cas pour moi. Mon père s’est toujours montré habillé devant nous, jamais nu entièrement. Je ne saurai jamais à quoi ressemblait le sexe de mon père. Ma … Lire la suite Quand il est question de pudeur